Usages du numérique

Les technologies numériques sont essentielles pour réduire les émissions dues aux voyages d’affaires, en privilégiant les réunions et les formations en ligne.

Les combustibles fossiles représentent 80 % de la consommation mondiale d’énergie (1) et constituent la principale source anthropique de gaz à effet de serre. Toute augmentation de la consommation énergétique mondiale entrave l’atténuation du changement climatique.

Les technologies numériques sont déterminantes pour réduire les émissions liées aux voyages d’affaires, mais elles consomment de plus en plus d’énergie. Les impacts environnementaux de l’utilisation croissante de ces technologies sont généralement sous-estimés et représentent un risque s’ils ne sont pas correctement pris en compte dans les feuilles de route environnementales.

Chiffres clés

4 %

L’intensité énergétique du secteur des technologies de l’information et de la communication (TIC) augmente de 4% par an (2)

Un an

L’envoi d’un courriel équivaut, sur le plan énergétique, à son stockage pendant un an (3)

10 %

Seulement 10 % des newsletters sont ouvertes (4)

20-40 %

Un ordinateur en mode veille consomme encore 20 à 40 % de sa consommation électrique en marche (5)

40 %

Le refroidissement représente environ 40 % de la consommation totale d’énergie des centres de stockage des données, qui consomment environ 1 % de la production mondiale d’électricité (6)

Solutions clés

  • #1 Centres de stockage des données

    Les centres de données sont très gourmands en énergie. Bien que souvent invisibles, leurs émissions sont importantes et doivent être prises en compte pour réduire l’empreinte environnementale indirecte de ses activités numériques.

  • #2 Stockage des données de l'utilisateur

    Une proportion importante des données échangées et stockées peut être réduite sans avoir d’incidence sur les fonctionnalités ou les performances de l’organisation, mais simplement en modifiant les habitudes d’utilisation (machine locale, plateforme de partage, archivage).

  • #3 Bonnes pratiques utilisateurs

    Il y a souvent un manque de connaissance et de conscience des impacts environnementaux des activités numériques, ainsi que des meilleures pratiques à adopter.

  • #4 Navigateurs de recherche

    Les moteurs de recherche ne sont pas équivalents en matière d’environnement. Certains consomment plus d’énergie, d’autres reversent une partie de leurs bénéfices à des projets environnementaux sans que cela n’ait d’incidence sur les performances de recherche ou la sécurité des données.

  • #5 Sites web et documents

    Certains sites web sont conçus pour consommer moins d’énergie que la moyenne grâce à des techniques d’éco-design. De même, il est possible d’alléger le poids des documents (PDF, WORD, PPT) grâce à des techniques simples (compression d’image). Ils consommeront ainsi moins d’énergie lors de leur sauvegarde et de leur partage.

© Marvin Meyer/Unsplash.

Expériences réussies

Infomaniak

Infomaniak Suisse travaille dans le domaine de la conception et des solutions web et a mis en place plusieurs solutions vertes au sein de l’entreprise. Leurs services et leurs bureaux sont alimentés à 100% par des énergies renouvelables certifiées. Leurs centres de données ne sont pas climatisés, ils sont refroidis uniquement par l’air extérieur filtré. La fabrication des serveurs qu’ils achètent représente leurs plus grosses émissions de CO2, c’est pourquoi ils sont utilisés le plus longtemps possible, pendant 15 ans. Ils sont aussi certifiés ISO 14001 et ISO 50001.

Le navigateur écologique de l'Université de St Andrews

L’Université de St Andrews va mettre en œuvre le moteur de recherche écologique Ecosia (6) sur l’ensemble de son réseau informatique dans le cadre d’une stratégie ambitieuse visant à atteindre le zéro carbone net d’ici 2035. L’Université a opté pour ce moteur de recherche écologique, qui plante des arbres lors des recherches sur Internet, afin de lutter contre l’urgence climatique. Ecosia sera le moteur de recherche par défaut sur tous les ordinateurs de classe du campus et les étudiants seront informés de la manière dont ils peuvent passer à Ecosia sur leurs appareils personnels.

Programme HPC du BNP

En 2018, BNP Paribas s’est lancée dans un programme de rafraîchissement et d’expansion de sa ferme de serveurs de calcul haute performance (HPC) sur un nouveau site qui représenterait près de 30 % de la capacité totale. Une solution a été trouvée avec la société 2CRSi, spécialisée dans la technologie des serveurs, qui a permis à BNP Paribas de recycler la chaleur produite par des serveurs basés en France pour chauffer le bâtiment. La banque a également délocalisé plusieurs de ses centres de données en Islande, en raison des températures froides naturelles du pays et parce que l’énergie électrique provient de sources 100 % renouvelables. (7)

Conception écologique de sites internet

Une alliance d’entreprises américaines et européennes et d’organisations non gouvernementales s’est formée autour de l’impact environnemental de l’internet. Elle comprend des organisations comme la Green Web Foundation, qui vise un internet sans fossile d’ici 2030 (8), et des entreprises comme EcoPing (9), qui propose une série d’outils pour réduire les émissions de carbone des sites web. Le résultat de cette collaboration comprend une plateforme, SustainableWebDesign.org (10), où les créateurs de technologies web peuvent trouver des méthodes, des recommandations et des outils pour les aider à créer des produits et services durables. Ils se basent sur le Manifeste du Web durable, qui comprend six principes (11) portant sur l’impact environnemental, mais s’étendant également à l’impact social. Parmi ces principes figurent l’utilisation d’énergies propres et l’efficacité des ressources, ainsi que l’accessibilité à tous les utilisateurs et une conception non exploitante.

  • Divers outils pour évaluer le profil écologique de votre site web

    • Ecograder – Votre site web est-il vert ?
    • Beacon – Calculer l’impact environnemental d’une page web
    • Cabin – Analyse web consciente du carbone 
    • The Green Web Foundation – Votre site web est-il hébergé de manière écologique ? 

     

    *En anglais

Outils et bonnes pratiques

Pour aller plus loin

Sources

(1) The Shift Project, Pour une société numerique, 2018. En savoir plus.

(2) WWF, Apprendre à réduire son empreinte numérique. En savoir plus.

(3) Cleanfox, Nettoyez votre boîte aux lettres. Consulter ici.

(4) Direction interministérielle de la transformation publique, Le Guide écoresponsable au bureau de la DITP, 2018. En savoir plus.

(5) ABB, Climatisation des centres de données, 2020. En savoir plus.

(6) Ecosia. Consulter ici.

(7) BNP Paribas, Green IT: Sustainable data centers for a responsible digitalisation. En anglais. En savoir plus.

(8) The Green Web Foundation, Towards a Fossil-Free Internet: The Fog of Enactment, 2022. En anglais. En savoir plus.

(9) EcoPing, Making your website more eco-friendly: Tools to reduce your company’s website carbon emissions & boost performance, 2022. En anglais. En savoir plus.

(10) Sustainable Web Design, What is sustainable web design? 2021. En savoir plus.

(11) Sustainable Web Manifesto. En savoir plus.

 

Photo de couverture © Domenico Loia/Unsplash.