Empreinte carbone du CICR

  • Aide
  • Empreinte carbone
  • CICR

En 2018, le Comité International de la Croix Rouge (CICR) a lancé un projet visant à développer un outil de comptabilité carbone qui permettrait à l’institution de surveiller ses émissions de gaz à effet de serre (GES) sur une base annuelle.  En 2020, la pandémie de Covid-19 a imposé d’importantes restrictions à travers le monde, qu’il s’agisse d’obligations de télétravail, de suspensions de voyages ou de perturbations de la chaîne d’approvisionnement. Les impacts de ces mesures sont visibles de manière frappante dans l’empreinte carbone du CICR en 2020.

Empreinte carbone totale du CICR

L’empreinte carbone totale du CICR est de 1 032 847 tonnes de CO2e en 2020.

 

© Rapport 2020 du CICR sur la comptabilisation du carbone.

64%

Biens et matériaux achetés

9%

Approvisionnement en énergie

8%

Aide financière

5%

Services achetés

5%

Utilisation de produits distribués

4%

Fret

3%

Déplacements des employés

1%

Biens d’équipement

Les émissions de GES du CICR en 2020 sont, dans une large mesure, des émissions de scope 3, c’est-à-dire des émissions sur lesquelles le CICR a un niveau de contrôle inférieur. Les émissions liées à notre chaîne d’approvisionnement – la production de la nourriture et des articles de secours que nous distribuons – représentent 64 % de nos émissions.

Les émissions de scope 1 et 2 s’expliquent en grande partie par notre dépendance au diesel pour la production d’électricité ainsi que par la consommation d’électricité provenant du réseau.

 

Deux indicateurs clés de performance


Le CICR suit deux indicateurs de performance clés, en plus des émissions totales de GES, lorsqu’il s’agit de son empreinte carbone :

 

  • Émissions de GES par CHF de dépenses

    Pour 2020, il s’agit de 0,562 kg d’éq. CO2/CHF (- 17 % par rapport à 2018).

  • Émissions de GES par employé

    Pour 2020, cela représente 64 300 kg d’équivalent CO2 par employé (- 6 %) par rapport à 2018.

L’empreinte carbone du CICR pour 2020 montre une réduction de 10 % par rapport à 2019 (-17% par rapport à 2018), pour les raisons suivantes


  • Une diminution des achats de denrées alimentaires a entraîné une réduction des émissions connexes ; toutefois, on a constaté une augmentation des émissions liées à l’achat d’articles de secours, car des produits à forte intensité de carbone tels que le savon et le shampoing ont été distribués en plus grandes quantités pour soutenir les efforts du CICR visant à endiguer la propagation du Covid-19 ;
  • Les émissions liées au fret aérien ont augmenté en raison de la nécessité de livrer rapidement des articles de secours et autres aux structures du CICR dans le monde entier et des contraintes auxquelles est confronté le fret maritime.
  • Les politiques de télétravail et autres mesures nécessaires imposées par les responsables respectifs dans chaque contexte, ou prises par le CICR à titre préventif, ont contribué à réduire la consommation d’électricité et de gaz naturel de l’organisation ;
  • Les émissions liées aux voyages et aux déplacements domicile-travail des employés ont été inférieures à celles de 2019 (-61 % et -42 % respectivement) en raison des restrictions de déplacement liées à Covid-19 ;
  • Les émissions liées à l’utilisation de produits distribués ont considérablement diminué, la distribution de charbon et de charbon de bois pour l’aide hivernale ayant été limitée à quelques contextes post-conflit.
  • Rapport de comptabilité carbone 2020 du CICR (en)

    Télécharger

Photo de couverture © Wassy Kambale/ICRC, Congo, 2021.