Voyages d’affaires

Les voyages d’affaires sont l’une des principales causes de l’empreinte carbone d’une organisation. C’est particulièrement vrai pour le secteur de l’aide, qui fournit une assistance dans le monde entier. Réunions, formations, missions, évacuations, congés : les personnes voyagent pour de nombreuses raisons.

Comment les transports influencent-ils le climat ?

Avant la crise de la COVID19, le secteur des transports dans son ensemble représentait 24% des émissions directes de CO₂ provenant de la combustion de carburants. (1) Près de 40% des particules (PM2,5) proviennent du transport. (2) Le transport est également le secteur qui dépend le plus des combustibles fossiles.

Pourquoi les voyages d'affaires sont-ils importants ?

Les voyages d’affaires et professionnels représentent 15% des voyages dans le monde. (3)(4) La part des voyages internationaux par avion est passée de 46% en 2000 à 58% en 2018, tandis que le transport terrestre international a diminué de 49% à 39% au cours de la même période (les voyages en train représentant 2% en 2018).

Quel effet la COVID19 a-t-elle eu sur les voyages d'affaires ?

En raison des mesures de confinement et de maintien à domicile prises à l’échelle mondiale, la mobilité et ses émissions associées ont connu une baisse sans précédent début 2020. Les dépenses mondiales de voyages d’affaires ont chuté d’environ 61 % en 2020 par rapport à l’année précédente en raison de la pandémie. (5) Depuis 2021, la demande de transport repart à la hausse, tant pour les passagers que pour le fret. Le nombre de passagers de l’aviation mondiale devrait revenir aux niveaux de 2019 en 2023 et la demande devrait croître au cours des prochaines décennies. (6)

© Briana Tozour/Unsplash.

Pourquoi est-ce une question clé pour le secteur de l'aide ?

Les voyages d’affaires sont l’une des principales causes de l’empreinte carbone d’une organisation. C’est particulièrement vrai pour le secteur de l’aide, qui fournit une assistance dans le monde entier. Réunions, formations, missions, évacuations, congés: les raisons de voyager sont nombreuses.

Quelles sont les principales solutions ?

Outre la réduction des déplacements, plusieurs autres types de solutions existent, comme l’efficacité énergétique, les carburants de substitution et les modes de transport alternatifs.

Quelques principes clés à prendre en compte

Réduire et adapter les comportements en matière de voyages professionnels est une étape essentielle pour réduire l’empreinte climatique d’une organisation. Toutefois, ces changements ne doivent pas compromettre la mission sociale du secteur de l’aide consistant à porter assistance aux populations du monde entier. Les solutions liées aux voyages d’affaires doivent donc être soigneusement sélectionnées et adaptées aux différents contextes, géographie, accessibilité, sécurité ou motifs de voyage.

Est-il facile à mettre en œuvre ?

Les solutions liées aux voyages d’affaires sont relativement faciles à mettre en œuvre, sans contrevenir à la mission sociale première des organisations de l’aide. Elles permettent une réduction substantielle des émissions, elles ont un effet immédiat, elles nécessitent une intervention minimale, elles sont facilement mesurables et elles ont une valeur symbolique élevée. Selon une étude réalisée en 2021, 83% des voyageurs dans le monde estiment qu’il est important de voyager plus durablement. (7)

© Alex Fu/Pexels.

Quelle est la prochaine étape ?

La crise de la COVID19 a modifié les pratiques de voyages. Les organisations ont appris à s’adapter. De nouveaux outils ont été adoptés comme alternatives, tels que la vidéoconférence. Cette période restreinte en déplacements a connu un certain succès auprès de la majeure partie des organisations. Pour autant, beaucoup ont également pris conscience de la valeur des interactions sociales en face à face. À l’heure où les mesures de confinement disparaissent, la normalisation d’une partie de ces nouvelles pratiques en matière de voyages d’affaires est à l’ordre du jour, pour réduire l’empreinte climatique d’une organisation, mais aussi pour réduire les coûts et améliorer le bien-être du personnel.

Chiffres clés

5m2

Les émissions de CO₂ du voyage aller-retour Londres-San Francisco représentent environ 5m2 de fonte de la glace de mer arctique (8)

70 fois moins

Un trajet en train émet 70 fois moins d’émissions qu’un vol en avion (9)

3 fois moins

Voler en classe économique émet 3 fois moins de CO₂ que voler en classe affaires et 9 fois moins que voler en première classe (10)

À méditer

  • L'effet rebond

    La sobriété et les sources d’énergie alternatives sont les premiers et principaux leviers pour réduire significativement les émissions de carbone au niveau mondial.

    Si les améliorations liées à l’efficacité énergétique (ex : moteurs d’avions plus performants) permettent de réduire la consommation de carburant pour un même trajet, elles ne contribuent pas à une réduction des émissions au niveau mondial si elles ne sont pas bien encadrées. En effet, consommer moins de carburant entraîne souvent une réduction du coût d’utilisation (ex : billets d’avion moins chers), ce qui permet la démocratisation des voyages, qui entraine une augmentation du trafic mondial et de la consommation de carburant associée, et donc des émissions. (11)

Solutions clés

  • #1 Réunions et formations en ligne

    Privilégier les réunions sans déplacement et utiliser autant que possible la vidéoconférence.

    Découvrir plus

  • #2 Choix de la compagnie aérienne

    Privilégier les compagnies les plus éco-responsables, comme les plus économes en carburant ou celles qui utilisent des carburants alternatifs durables.

  • #3 Rester sur terre pour les trajets courts

    Privilégier les déplacements terrestres, en particulier le train, pour tous les voyages à courte distance.

  • #4 Vols directs

    Prendre des vols directs, sans escale, pour éviter les émissions dues aux détours et les émissions élevées lors du décollage et de l’atterrissage.

  • #5 Classe économique uniquement

    Les vols en classe affaires ou en première classe produisent beaucoup plus d’émissions de gaz à effet de serre par passager.

    Découvrir plus

  • #6 Voyages d'affaires et de loisirs

    Permettre au personnel de prolonger un voyage d’affaires par un séjour personnel afin de réduire l’ensemble des émissions professionnelles et personnelles du personnel.

     

  • #7 Programmes de fidélité

    Interdire l’acquisition de points de fidélité personnels dans le cadre professionnel, et faire don de tous les avantages reçus dans le cadre des programmes de fidélité (voyageurs fréquents notamment) à des projets climat.

  • #8 Véhicules bas-carbone

    Acheter, louer et utiliser des voitures plus légères, économes en carburant, fonctionnant au bioéthanol ou à l’électricité.

Outils clés

Une politique de déplacement ambitieuse est l’une des pierres angulaires (mais pas suffisante) d’une stratégie climatique efficace à l’échelle d’une organisation. Elle fixe les règles et fournit un cadre clair et commun à l’ensemble du personnel. Elle permet de généraliser à l’ensemble de l’organisation les actions climatiques les plus prometteuses ainsi que les meilleures pratiques déjà adoptées à l’échelle de certains individus, ce qui permet de multiplier l’impact.

Des outils spécifiques peuvent être développés ou adaptés pour soutenir la mise en œuvre de la politique, tels qu’un outil de décision et de réservation de voyage.

Des moyens financiers innovants peuvent être introduits pour soutenir un budget équilibré, comme une taxe carbone interne qui peut être réinvestie dans des pratiques vertes.

Les incitations comportementales sont essentielles. Les affiches de sensibilisation sont des outils utiles pour informer et impliquer le personnel.

Enfin, il est judicieux de faire évoluer les politiques de ressources humaines telles que la politique de recrutement local ou encore les avantages contractuels du personnel comme les billets d’avion.

 

Outils et bonnes pratiques

  • L'ETH Zurich a développé un outil de décision pour les déplacements. Il permet de trier les options de déplacement en fonction du temps, du coût ou des émissions de CO₂ (en anglais)

    En savoir plus
  • L'ETH Zurich propose un arbre de décision pour les vols lorsqu'il faut voyager (en anglais)

    En savoir plus
  • Classement des compagnies aériennes par Atmosfair, 2018 (en anglais)

    En savoir plus
  • Classement ICCT du rendement énergétique des compagnies aériennes transatlantiques, 2014 (en anglais)

    En savoir plus
  • Politique de voyage de l'Université de Lund (en anglais)

    En savoir plus
  • L'Université de Gand fixe des objectifs par département (en anglais)

    En savoir plus
  • Tarification interne du carbone : Cadre politique et études de cas (en anglais)

    En savoir plus

Pour aller plus loin

  • Quel est l'impact de l'aviation sur le climat ?

    Informations sur le rôle de l'aviation dans le changement climatique, Stay Grounded (Rester Sur Terre)

    En savoir plus
  • Le projet FlyingLess

    Le projet FlyingLess, en collaboration avec quatre partenaires et coordonné par l'Institut IFEU, développe des approches pour réduire les émissions des vols dans le monde universitaire (en anglais)

    En savoir plus
  • Université neutre en carbone : Initiatives académiques

    Informations sur la manière de rendre les universités moins dépendantes du transport aérien

    En savoir plus

Sources

(1) Tracking Transport, IEA, 2020. En anglais. En savoir plus.

(2) Air pollution sources, European Environment Agency, 2021. En anglais. En savoir plus.

(3) International Tourism Highlights, World Tourism Organisation, 2019. En anglais. En savoir plus.

(4) Expenditure of business tourists worldwide from 2001 to 2021, Statista. En anglais. En savoir plus.

(5) Expenditure of business tourists worldwide from 2001 to 2021, Statista. En anglais. En savoir plus.

(6) Tracking Transport, IEA, 2020. En anglais. En savoir plus.

(7) Share of travelers that believe sustainable travel is important worldwide in 2022. Statista. En anglais. En savoir plus.

(8) UCL news, Arctic sea ice loss linked to personal CO2 emissions. En anglais. En savoir plus.

(9) Stay Grounded (Rester Sur Terre), Quel est l’impact de l’aviation sur le climat ? En savoir plus.

(10) World Bank, 2013. Calculating the Carbon Footprint from Different Classes of Air Travel. Read here.

(11) Evans, Antony, and Andreas Schäfer. “The Rebound Effect in the Aviation Sector.” Energy Economics. North-Holland, December 21, 2012. En anglais. En savoir plus.

 

Photo de couverture © Ratish Gandhu/Unsplash.